La retraite progressive, c’est quoi ?

icon facebooke rougeicon linkedin rouge
Publication
Catégorie
Auteur

Lorsque vous êtes en fin de carrière, il est possible d’envisager une diminution de votre activité professionnelle sans que cela impacte drastiquement vos revenus. C’est le principe de la retraite progressive se traduisant par une réduction de votre activité, tout en cumulant votre salaire avec une partie de vos retraites.

Qui peut avoir accès à la retraite progressive ?

Les commerçants, les artisans ainsi que les salariés peuvent prétendre à ce dispositif. C’est également le cas pour les exploitants agricoles. Il existe tout de même deux exceptions concernant les professions libérales et les fonctionnaires. Bonne nouvelle, depuis le 01/01/2022, le dispositif a été élargi aux salariés qui travaillent avec une convention de forfait en jours ainsi qu'aux mandataires sociaux.

Les conditions à respecter afin de bénéficier de la retraite progressive

Pour profiter de ce dispositif, il est impératif que l’employeur accepte votre retraite en temps partiel. Pour lui, c’est un avantage dans le but d’organiser la transmission des savoir-faire entre la génération senior et junior. Mais également un intérêt économique dans le but de réduire la masse salariale. Par manque de connaissance du fonctionnement de ce dispositif, les discussions restes cependant trop rares.

Néanmoins, il faut savoir que la retraite progressive s’adresse également aux employés déjà à temps partiel. Ils peuvent en effet compléter leur salaire actuel en touchant une part de leur retraite pour augmenter leurs revenus.

Mais pour bénéficier de la retraite progressive, il est impératif de remplir les trois conditions suivantes :

  • La validation d’au moins 150 trimestres au cours de votre carrière.
  • Avoir au moins 60 ans.
  • Effectuer un temps partiel avec une durée comprise entre 40 et 80 % au niveau de la durée applicable dans l’entreprise. Cela signifie que si vous exercez votre profession dans une société pratiquant les 35 heures, il faudra impérativement travailler sur une fourchette de temps compris entre 14 et 28 heures.

Si un salarié exerce plusieurs professions auprès de plusieurs employeurs, il peut également prétendre à une retraite progressive du moment que la durée totale de ces contrats soit également comprise entre 40 et 80 % d’un temps plein.

Pourquoi envisager de prendre sa retraite progressive ?

En choisissant la retraite progressive, vous recevez une partie des retraites correspondant à 50 % de leur montant global si vous travaillez à mi-temps. Grâce à cela, vous réduisez votre temps de travail sans connaître une baisse importante de vos revenus d’activité.

En effet, cette dernière sera partiellement compensée par la retraite perçue.

La difficulté majeure pour les salariés consiste à convaincre leur employeur. Certains seront réticents pour accorder à leurs salariés de passer d’un temps plein à temps partiel. De ce fait, la demande de retraite progressive n’est pas systématiquement acceptée par l’employeur. Le sujet ne se prépare donc pas à quelques semaine du départ. Nous vous conseillons de bien anticiper le sujet afin d'avoir un échange le plus précis possible.

Pour un salarié exerçant déjà son activité à temps partiel et ayant atteint les 60 ans, il pourra alors prétendre à une retraite progressive. Néanmoins, il est impératif de remplir toutes les conditions et si tel est le cas, il percevra un complément de revenus, sans modifier son rythme de travail.

Le gros avantage de la retraite progressive est que la validation des trimestres se poursuit au cours de la période de retraite progressive, tout comme l’acquisition des points de retraite complémentaire. Il s'agit donc d'une différence majeure avec le dispositif de cumul emploi retraite.

Voici un exemple concret :

Un artisan né en 1962 aura 62 ans en 2024. Sur l’ensemble de sa carrière, il devra avoir acquis 168 trimestres pour bénéficier d'une retraite à taux plein. Pour notre exemple considérons qu'à ses 60 ans il aura un total de 160 trimestres au titre et en conséquence ne sera pas éligible à un départ anticipé pour carrière longue. En tant que gérant majoritaire de sa SARL deux choix s'offrent alors à lui :

  • Attendre 62 ans pour prétendre à une retraite à taux plein
  • Déclencher une retraite en réduisant sa rémunération d'au moins 20%.

La stratégie de la retraite progressive lui permettra de bénéficier dès 60 ans d'une partie de sa retraite tout en conservant sa validation de trimestre jusqu'à ses 62 ans. La baisse de rémunération sur la période pourra soit être compensée par des dividendes ou encore être anticipée avant 60 ans ou différée après 62 ans.

Les démarches à réaliser

Si vous souhaitez bénéficier du dispositif de retraite progressive, il est impératif de demander une liquidation provisoire de votre retraite. C’est une démarche que vous devez entreprendre en consultant votre dernier régime de base, mais également en vous rapprochant de vos caisses complémentaires.

La suppression ou suspension de la retraite progressive

Les organismes de retraite envoient régulièrement un questionnaire par courrier afin de vérifier l’activité à temps partiel. Si vous ne renvoyez pas ce questionnaire dans les délais impartis, le paiement de la retraite à temps partiel est suspendu.

La retraite progressive est également supprimée en cas d’une reprise à temps complet, en cas de demande de retraite définitive ou si la modification de travail ne respecte pas la fourchette légale comprise entre 40 et 80 % du temps de travail.

Le premier jour du mois suivant le changement entraîne l’arrêt du paiement de la retraite progressive.

IL EST TEMPS DE NE PLUS SUBIR SA RETRAITE MAIS D’EN être acteur

La vôtre s’écrit dès aujourd’hui, avec Qualiretraite.

Merci, vous allez être rappelé très prochainement
Merci de vérifier votre saisie