Auto-entrepreneur : attention à votre retraite !

icon facebooke rougeicon linkedin rouge
Publication
Catégorie
Auteur

D’apparence simple dans son fonctionnement administratif avec un taux de cotisation global basé sur le chiffre d’affaire, le régime réserve pourtant quelques surprises.

Dans certains cas, ces surprises pourront se révéler particulièrement désagréable… notamment le jour ou vous partirez en retraite.

 

Le statut d’auto-entrepreneur

Si depuis 2009 le régime de l’auto entrepreneur a séduit plus d’un millions de français c’est que son principal avantages réside dans la simplicité :

  • Obligations comptables très réduite
  • Cotisation sociales trimestrielle basée sur le chiffre d’affaire
  • Possibilité d’utilisé la même méthode pour l’impôt sur le revenu

Le statut a initialement été créé pour faciliter la création d'activités artisanales, commerciales ou libérales.

Des limites de chiffres d’affaire avaient été introduites en fonction du secteur d’activité :

  • 80 300€ pour la vente de biens, l'hôtellerie, la restauration ;
  • 30 100€ pour la prestation de services.

Ces plafonds ont été augmentés en 2018 :

  • 170 000€ pour l'achat-vente ;
  • 70 000€ pour la prestation de services.

Le calcul de la retraite chez les autos-entrepreneurs « activité principale »

Au démarrage de votre activité d’auto-entrepreneur, vous êtes automatiquement affilié à un régime de retraite qui est fonction de votre secteur d’activité :

  • SSI si votre activité est artisanale ou commerciale ;
  • la Cipav si votre activité est libérale.

Une fois  votre inscription dans l’un des régimes enregistrés, vous payez chaque trimestre, vos cotisations sociales.

Ces cotisations sont calculées sur la base d’un taux forfaitaire appliqué au chiffre d’affaire que vous déclaré.

Au même titre que les autres travailleurs indépendants, les cotisations que vous payez vous offrent une couverture sociale au titre de la maladie, de la maternité, de l’invalidité mais aussi pour votre retraite de base et votre retraite complémentaire obligatoire.

Cependant, même si les cotisations sont basées sur votre chiffre d’affaire déclaré, vos droits à retraite seront eux validés sur la base des cotisations que vous auriez du normalement payer dans le régime « normal » (entreprise individuelle).

Pour pouvoir analyser vos droits à la retraite, et notamment les trimestres que vous validés chaque année, il faut donc se baser sur votre revenu professionnel (statut micro entreprise) et non sur votre chiffre d’affaires.

Pour calculer votre revenu professionnel « fictif » il faut appliquer à votre chiffre d’affaires  un abattement forfaitaire qui varie selon la nature de votre activité :

  • 71% pour une activité de vente, d’hôtellerie et de restaurant,
  • 50% pour des prestations de service relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC),
  • 34 % pour les prestations de services relevant de la catégorie de bénéfices non commerciaux (BNC) et pour les activités libérales.

Nous vous rappelons par ailleurs, que pour valider un trimestre, il faut, quelque soit le régime auquel vous êtes rattaché, cotisé sur la base de 150 SMIC horaires soit pour 2020  1522,5€.

Le tableau ci-dessous présente donc le minimum de chiffre d’affaire a réaliser en 2020 pour valider 1, 2, 3 ou 4 trimestres en fonction de votre activité d’auto-entrepreneurs.

Le calcul de la retraite chez les autos-entrepreneurs « activité secondaire »

Si vous exercez une autre activité, les droits que vous validez dans le statut auto entrepreneurs pourront dans certains cas venir s’ajouter aux droits  que vous vous constituez dans votre autre activité.

Activité salariés et auto-entrepreneur :

Si vous exercez en parallèle de votre activité d’auto-entrepreneur une activité salariée, le nombre de trimestres retenus au titre d’une année civile est, dans tous les cas, plafonné à 4. Mais ce n’est pas pour ça que votre activité d’auto-entrepreneur sera inutile pour votre future retraite.

En effet lorsque vous liquiderez votre pension retraite, vous bénéficierez en complément de votre retraite salarié d’une retraite complémentaire basée sur votre carrière d’auto-entrepreneur.

A partir du moment où votre activité salariée vous permet de valider 4 trimestres par an, votre activité d’auto-entrepreneurs ne vous permettra pas de partir plus tôt en retraite mais vous permettra d’augmenter vos revenus à la retraite.

Retraite et auto-entrepreneurs :

Le statut d'auto-entrepreneur peut être un moyen pour augmenter votre pouvoir d’achat à la retraite en reprenant une activité avec le cumul emploi-retraite.

Si vous étiez salarié du privé ou fonctionnaire, vous pouvez reprendre une activité d’auto-entrepreneurs. Les revenus issus de cette activité viendront immédiatement augmenter vos revenus mais les cotisations que vous versez au titre de votre activité d’auto-entrepreneur ne vous apporterons à terme pas de nouveau droits retraite.

Si vous étiez indépendant et que vos pensions de retraite sont versées par la SSI ou la CIPAV des règles plus strictes s’appliquent en fonction de l’organisme qui vous verse votre retraite.

En synthèse :

Il faut être particulièrement vigilant à la problématique de la retraite chez les autos-entrepreneurs qui exerce leur activité à titre principale.

En effet, chez les autos-entrepreneurs « activités secondaires », l’activité d’auto-entrepreneur ne pourra être qu’un bonus au moment de la retraite voir même une bonne stratégie pour compléter sa retraite.

IL EST TEMPS DE NE PLUS SUBIR SA RETRAITE MAIS D’EN être acteur

La vôtre s’écrit dès aujourd’hui, avec Qualiretraite.

Merci, vous allez être rappelé très prochainement
Merci de vérifier votre saisie